Le film de Jean Pascal Zadi et John Wax sorti le 8 juillet dernier s’impose comme la comédie phare de l’été. Elle restera d’ores et déjà l’une des grandes affiches cinématographiques de l’année 2020.

Par Kevin Sonsa-Kini

TOUT SIMPLEMENT NOIR AFFICHE

C’est l’histoire de JP (Jean-Pascal Zadi), un comédien sans succès encore à la recherche d’une voie. Révolté, JP veut organiser la première « marche noire » de protestation française à Paris. Son but ? Sensibiliser la population à la négritude en France. Son message est clair dès le début du film : « L’homme blanc doit comprendre que le Ya Bon Banania c’est fini, c’est terminé ! ».

Pour cela, il décide de mobiliser des personnalités noires pour l’aider dans son initiative. Sa démarche est même encouragée par un certain Fary. Accompagné d’un caméraman, il décide de réaliser un documentaire sur lequel il veut montrer ses échanges notamment Claudia Tagbo, Joey Starr, Ramzy, Soprano ou encore la journaliste Kareen Guiock. Mais avec les maladresses à répétition de JP, ses rencontres peuvent vite mal tournées…

Des scènes qui font écho à l’actualité

JOEY STARR

Ce film comporte des séquences qui (heureusement ou malheureusement), font référence à l’actualité. Notamment la scène où JP se fait agresser par des policiers dans la rue. Cette scène est même filmée. Elle fait écho à l’arrestation et meurtre en Mai dernier de George Floyd. Ce noir s’est retrouvé asphyxié sous le genou d’un policier blanc aux Etats-Unis. Autre scène à la fin du film, celle de la « marche noire » organisée par JP à la place de la République de Paris. Cela fait écho aux mobilisations autour du meurtre d’Adama Traoré qui se sont tenues place de la Bastille et place de la République.

Pourtant, le film a été tourné bien avant ces évènements. Sa sortie était même prévue pour le 15 avril 2020. Plus concrètement pour l’idée de la « marche noire», Jean-Pascal Zadi s’est inspiré d’un fait historique: la marche de Washington en octobre 1995. A l’époque, Louis Ferrakhan, le leader noir controversé de la Nation de l’Islam défilait aux Etats-Unis pour protester contre la situation des noirs dans le pays. Il était parti sur le principe de faire marcher uniquement des hommes noirs.

Parler de l’identité noire de façon humoristique

Tout Simplement Noir aborde une manière de parler de l’identité noire française de façon humoristique sans pour autant être dans le cliché. Cette comédie évoque aussi la rivalité Afrique/Antilles. Pour cela, les deux réalisateurs ont misé sur la participation de Lucien Jean-Baptiste et Fabrice Eboué qui partagent une scène hilarante dans le film. Ils ont misé également sur la participation hors-norme de Fary. Le célèbre stand-upper incarne ici son premier rôle cinématographique. Finalement, Tout Simplement Noir se veut une manière d’enlever l’étiquette de « noir » et de voir les gens de couleurs simplement comme des êtres humains.

TOUT SIMPLEMENT NOIR