spot_img

Vimbai Mutinhiri-Ekpenyong

“La Femme forte: Elle n’est pas en train de vous saluer au loin, elle est au bord de la noyade.”

Présentatrice télé, productrice, journaliste et fondatrice de thevimbai.com. Vimbai Mutinhiri-Ekpenyong est une femme d’affaires épanouie qui désormais évolue au Nigéria auprès de son mari. La jeune femme, originaire du Zimbabwé est également maman d’une petite fille qu’elle a eu l’année dernière. Vimbai, tout au long de sa carrière, a toujours parlé des défis quotidiens des femmes entrepreneurs africaines. Elle a pris le temps de répondre à nos questions dans cette nouvelle édition. 

Propos recueillis par Tina Lobondi

Cette édition est consacrée aux femmes ambitieuses, qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

Pour moi, l’ambition consiste à pouvoir rêver, imaginer et aspirer sans limites. Le mois de la femme nous rappelle que d’énormes limites existent encore pour les femmes et que notre ambition doit en tenir compte. Nous devons ajouter plus de passion, de persévérance et d’innovation à nos rêves, plus que nos homologues masculins. Donc pour moi, ce mois consiste à me rappeler que je dois constamment apporter plus à la table, tout en gardant de la place pour la prochaine femme à venir afin qu’elle n’ait pas à faire face aux mêmes défis.

Vous êtes dans l’industrie de la télévision depuis de nombreuses années maintenant, quelle a été votre plus grande réussite à ce jour ?

Il y a eu tellement d’étapes et de saisons de croissance ! Il est difficile de quantifier un rôle individuel car chacun d’eux a joué un rôle différent dans l’acquisition de l’expérience nécessaire pour en assumer davantage. Je dirais que ma plus grande réussite est d’être à l’aise devant une caméra en direct, n’importe où sur le continent africain – de l’Ouganda au Ghana en passant par l’Afrique du Sud. Cette capacité à s’adapter à chaque contexte est de loin ma plus grande superpuissance.

Avez-vous l’impression que votre industrie a évolué avec plus d’opportunités pour les femmes sur le continent ?

Absolument! Quand j’ai commencé à travailler à la télévision, l’industrie avait un type. En tant que femme, si vous n’aviez pas un certain look – mince avec un long tissage – vous n’aviez aucune chance. Mais maintenant, vous voyez toutes les formes, tailles, teints et textures de cheveux. Des femmes prises au sérieux devant et derrière la caméra. Nous sommes désormais capables d’être authentiquement nous-mêmes en tant que femmes noires à l’écran. Il est révolu le temps de se plier aux fantasmes masculins de ce à quoi une femme attirante devrait ressembler à la télévision.

Parlez-nous de vos débuts, qu’est-ce qui vous a donné envie de devenir présentatrice télé ? 

J’ai adoré les médias et le divertissement depuis mon enfance ! Je me souviens quand j’étais jeune d’avoir regardé Miss Monde avec ma mère. Et puis essayer de défiler dans la maison comme Naomi Campbell. J’ai grandi à Belgrade, en ex-Yougoslavie et mon école là-bas, l’École internationale de Belgrade, nous a vraiment encouragés à explorer nos intérêts et nos passions. Je saisirais n’importe quelle opportunité pour jouer sur scène ou de suivre un cours d’art dramatique. Le lundi matin, notre mission était d’écrire sur l’actualité et de la présenter à la classe. C’est au cours de ces séances que mon professeur de 5e année, Mme Perisic, m’a dit que j’étais un orateur doué, même si elle pensait que je deviendrais avocat. Elle s’est assurée que je m’inscrive au conseil étudiant, ce qui impliquait davantage de parler devant des gens ! À partir de ce moment, il n’y avait plus de retour en arrière pour moi. Je savais que mon avenir était ancré dans la prise de parole en public.

Être producteur était-il une étape naturelle pour vous ? 

Sans aucun doute. Les opportunités de télévision payante en Afrique sont encore rares. Mais si vous êtes impliqué dans le processus de production, non seulement vous avez le pouvoir d’avoir votre mot à dire sur le résultat final de votre programme, mais vous pouvez également gagner un montant beaucoup plus important. C’était essentiel pour moi. Heureusement, je suis tombé amoureuse de la production en le faisant, mais c’était au départ une décision purement financière.

Vous êtes la fondatrice de theVimbai.com, expliquez-nous pourquoi vous avez créé cette plateforme et son objectif ?

Les ressources qui sont fidèles aux expériences quotidiennes des jeunes femmes africaines sont rares. Les médias numériques sont saturés de mode, de glamour haut de gamme et de potins sur les célébrités. Ce qui signifie qu’il existe très peu de plateformes qui nous font nous sentir vus sans les pressions superficielles du monde d’aujourd’hui.

J’étais l’une de ces jeunes femmes qui étaient épuisées en essayant de suivre une vie fabuleuse en ligne, je voulais juste un contenu sain. Et c’est exactement ce qu’est ma plateforme, un espace sûr où les femmes peuvent s’exprimer pleinement.

Qu’est-ce qui vous inspire à atteindre vos objectifs ?

Le fait que je sois déjà venu si loin ! Je me souviens m’être senti perdu et incertaine de mon objectif il y a à peine dix ans. Quand je vois à quel point j’ai grandi et que j’ai été si largement reconnu pour cela, je suis excité à l’idée d’atteindre plus d’objectifs !

Vous aimez la mode et avez collaboré avec de nombreuses marques africaines, quelle est votre vision de la mode africaine ?

La mode africaine est arrivée si loin et c’est tellement agréable de la voir continuer à influencer le monde et à déployer ses ailes. J’aime le fait que nous soyons dans un temps où nous pouvons choisir d’acheter une marque africaine, et cela porte le même respect et le même savoir-faire que n’importe quelle marque internationale.

Quelles sont vos marques préférées ?

Je suis une fan de David Tlale dans l’âme ! Son esthétique et son esprit me parlent. J’ai aussi plusieurs pièces de Fruche. Au niveau international, je suis accro à Jimmy Choo.

Vous partagez des secrets de beauté sur votre page Instagram, quelle est votre routine beauté quotidienne ?

Je crois qu’il faut utiliser des produits efficaces tout en gardant la routine simple. Alors je nettoie, tonifie, applique du sérum, hydrate et rajoute de la crème solaire le matin. J’utilise pour cela toute la gamme Caudalie Vino Perfect car elle fonctionne bien sur ma peau foncée ! Le soir, je fais de même en remplaçant ma crème hydratante et ma crème solaire par une crème de nuit. Je ne pense pas qu’une routine doive être compliquée, il suffit d’investir dans les bons produits pour son type de peau.

Quels sont vos conseils pour faire face aux défis quotidiens ?

Prier. Méditer. Laissez-vous tenter par le pouvoir du calme. Les hauts et les bas de la vie sont si imprévisibles. Et si vous leur permettez, ils vous emmèneront avec eux dans des montagnes russes. Mais si vous apprenez à être ancré et à ne jamais être défini par votre situation, les défis sont plus faciles à surmonter et les solutions sont plus accessibles.

Si vous pouviez donner un conseil à la jeune femme que vous étiez il y a 10 ans sur la vie et les relations, quel serait-il ?

Faites-vous confiance, faites confiance à votre instinct. Suivez toujours votre instinct. Protégez votre paix autour des personnes qui ne se soucient pas de la vôtre. Vous pouvez être mis au défi d’avoir des limites, mais vous vous en sortirez mieux à long terme si vous les respectez. Et surtout, faites tout avec amour !

Previous article
Next article

Related Articles

4,393FansLike
16,700FollowersFollow
368SubscribersSubscribe
spot_img

Latest Articles