EMMANUEL KABONGO

IMG_1625.jpeg

IMG_1145.PNG

Né à Lubumbashi, Emmanuel Kabongo a eu une enfance pleine de rebondissements mais surtout d’espoir et de courage. Un parcours émouvant et un entretien qui nous a permis de comprendre ce qui l’a poussé à poursuivre une carrière d’acteur dans le monde du cinéma hollywoodien.

Calme et respectueux mais aussi charismatique, ces attributs font d’Emmanuel une personne très agréable pendant cet entretien.

Il nous parle de sa famille avec une aisance et une sincérité qui émue.

” Je suis le premier enfant d’une famille de 6, et mon père voulait quitter le pays à cause de la guerre civile qui commençait au Congo. Il avait un visa pour New York. Nous avons pu quitter la RDC en passant par la Zambie pour nous réfugier en Afrique du Sud. Ce fut un long voyage… “ nous confie-t-il.

“ Mon père a finalement eu l’opportunité de voyager à Toronto et nous sommes restés avec notre mère chez de la famille à Johannesburg.

Ma mère cuisinait et faisait les tresses pour des filles dans notre quartier. Elle était très douée vous savez. “- il sourit. “ Cela nous permettait d’avoir de l’argent si notre père ne pouvait pas nous aider.

L’appartement était très petit et parfois le propriétaire nous chassait faute de payer le loyer. Mais jamais, nous avons baissé les bras ou perdu espoir, nous savions que les choses allaient s’améliorer. ”

Nous lui avons donc demandé comment sa passion pour le monde du cinéma est née ? Il continua. ” Ma mère adorait toutes les séries télés comme Les feux de l’amour ou Amour, Gloire et Beauté, mais aussi les acteurs comme Jean-Claude Van Damme et Chuck Norris. Moi, j’adorais jouer au football avec mes frères et sœurs, mais la passion de ma mère pour ces séries me fascinait. Mon père commença à nous envoyer des photos de lui sur des tournages de films, où il portait parfois des costumes. Je voulais bien sure être comme lui.

IMG_7840.jpeg

Un an plus tard, nous pensions que nos prières allaient finalement devenir réalité. Ma mère avait fait faire des passeports pour que nous puissions voyager afin de rejoindre mon père. Arrivée à l’aéroport, nous avons été arrêtés car les passeports étaient faux, et on nous a tous mis en prison. Ma mère et mes frères et sœurs.

Par chance, un cousin de ma mère nous a aidés et ils nous ont laissés partir. ”

Mais comme nous le savons, l’histoire d’Emmanuel et sa famille ne s’est pas arrêté à cet incident. 6 mois plus tard, leur mère tenta sa chance avec un seul passeport congolais. La même personne qui les avait arrêté, était à nouveau à l’aéroport. Mais cette fois-ci tous les papiers étaient en règle donc il les a laissé passer. Et en 1998, la famille arriva à Toronto.

” A l’âge de 15 ans, mon père m’a inscrit dans une agence pour faire de la figuration dans les films. Mon premier job était dans le film ´Mean Girls’ . On m’a renvoyé car j’essayais trop d’être dans la caméra ”- il rit.

” Mon deuxième rôle était dans le film ´Resident Evil’ , mais après ce projet, j’ai abandonné et ne voulait plus du tout être acteur.

Mais à l’âge de 21 ans, après avoir reçu une bourse sportive, j’ai réalisé que je voulais donner une autre chance à ma carrière d’acteur.

J’ai passé une audition pour un rôle dans le film ´Pompei’. Mais le personnage était plus âgé donc on m’a rappelé pour un autre rôle. Pour préparer ce rôle de gladiateur, je suis allé dans un magasin de costumes pour acheter toute la panoplie et je l’ai porté lors du casting.

IMG_4767.jpeg

Bien sûr les gens ont pensé que j’étais fou! Mais cela ne m’a pas dérangé. Un mois plus tard, j’ai eu la nouvelle que j’avais le rôle!“ – il éclata de rires.

Mais comment l’acteur reste motivé? Emmanuel nous a répondu qu’il croit beaucoup à la philosophie dont le livre ”The secret” parle. Il visualise ce qu’il veut et il se comporte comme si son souhait était déjà devenu réalité. Cela a marché à plusieurs reprises pour lui dans le passé. Et il effectue ce rituel avant chaque rôle.

C’est exactement ça qui l’a aidé à obtenir son dernier rôle dans la série ”21 Thunder”.

” Lorsque j’ai appris que la série allait être filmée à Montréal, j’étais déterminé à avoir un rôle. J’ai fait des recherches. Après mon rendez-vous avec le casting, j’ai fait une vidéo de moi même en train de jouer au football avec l’aide de mon frère. C’était dément. J’avais même fait une coupe de cheveux qui ressemblait à un footballeur que j’admirais. Je me suis vraiment plongé dans le fait que ce rôle était à moi.

Une semaine après le casting, on m’a annoncé que j’avais le rôle de Junior Lolo, qui venait de la Côte d’Ivoire. C’était mon premier grand rôle à la télévision. Ce fut une grande joie! ”

Il fit une pose et reprit:

” Je suis très heureux avec l’évolution de ma carrière. J’aimerais aussi faire des projets au Congo dans un futur proche. Je veux raconter les histoires de mon pays. ”

Nous avons donc demander à Emmanuel, quel est pour lui la définition du succès?

” Le succès pour moi, c’est de suivre mes rêves et être consistant avec mon travail. J’ai encore un long chemin à parcourir mais je suis fier de mes efforts. Je veux apprendre, rencontrer de nouvelles personnes, pour moi c’est vraiment tout ou rien. Je veux réussir.

Vivre ses rêves est  le vrai sens du succès. Aujourd’hui, je peux aller faire du vélo sur les collines de Hollywood, je suis invité à des événements de tapis rouges et j’ai reçu des prix pour mes rôles. Tout est possible. “

L’acteur est en tournage pour ces prochains films et on a hâte de suivre ce qu’il fera par la suite.

Vous pouvez suivre les activités de Emmanuel Kabongo sur ses pages de réseaux sociaux. Son film ” A man’s story ” est déjà disponible gratuitement sur YouTube

IMG_7419.jpeg